Documentation

Dans cet espace, nous allons nous efforcer de vous donner le maximum d’informations, de documentations et aussi de retour d’expérience pour vous aider à  connaître, à  aborder et mieux gérer les difficultés et problèmes que rencontrent les personnes ayant des troubles visuels.

Différents documents concernant l'association

Par André Pruvot – commission accessibilité de la Cfpsaa

En général, le non-voyant entend, comprend et parle comme tout le monde. Seul sur le trottoir, il n’est pas forcément perdu mais parfois désorienté. Pour l’aider, parlez lui d’abord afin de ne pas le surprendre, placez-vous bien en face de lui et comme il ne vous connaît ou reconnaît pas toujours, présentez-vous-en quelques mots. S’il a un chien guide vous pouvez donner une friandise ou le caresser mais demandez l’autorisation auparavant.

S’il cherche une entrée, une direction, une rue, un passage piéton etc., vous décrirez le cheminement par rapport à sa position : c’est à 50 m devant vous, tournez sur votre droite, c’est la rue Jean Jaurès …

Ne modifiez pas votre manière de parler pour éviter certains mots comme « aveugle » ou « voir » qui ne le choquent plus, mais n’utilisez pas les mots comme : ceci, là, ici, là-bas, tout droit, attention ainsi que les signes de tête ou les gestes démonstratifs.

Si vous pouvez l’accompagner, placez-vous près de lui et offrez votre coude qu’il saisira entre pouce et doigts sans s’appuyer. Il sera légèrement en retrait car il préfère être précédé et n’aime pas du tout qu’on le pousse et il suivra ainsi vos mouvements. On abordera de face les marches et escaliers, en disant, par sécurité si cela monte ou descend. Indiquez la situation de la main courante tout comme pour le trottoir ou l’escalier roulant. Si le passage est étroit ou rétréci (passants, panneaux, échafaudage, voiture en infraction) vous ferez une torsion du buste dans sa direction et il se placera derrière vous ou mettra la main sur votre épaule et vous suivra. Prévenez-le s’il doit baisser la tête ! (Branches, rétroviseur, panneaux, volets etc.)

En voiture, placez sa main sur la poignée ou le sommet de la portière, il trouvera seul le siège ainsi que la ceinture. Si vous décrivez le trajet, assurez-vous, d’une pression au bras ou à l’épaule (ou en le nommant) qu’il sait qu’on lui parle car il ne peut pas capter votre regard.

Pour l’autobus, le métro ou le train, vous pouvez l’aider à se placer dans les files d’attente. Montrez-lui où placer sa main sur la barre d’aide à la montée, indiquez si le couloir est à droite ou à gauche, la place des toilettes ainsi que le système d’ouverture pour descendre et l’endroit où il peut placer les bagages. Signalez la présence d’un autre passager avant de placer sa main sur le dossier ou la barre d’appui. Ne l’installez pas d’office sur une place réservée aux personnes handicapées car s’il n’a pas bon œil il a peut-être bon pied.

A l’intérieur, il convient de ne pas laisser les portes et fenêtres entrebâillées et de signaler votre présence et votre sortie de la pièce car il lui est désagréable de parler dans le « vide ». A table, il est bon de dire le menu, s’il y a des verres à pied et combien. On évitera les arêtes et les volailles, par exemple, qui sont sources de difficultés tout comme le déplacement de ses objets personnels qu’il aura du mal à retrouver en tâtonnant.

« C’est avec de petites choses qu’on fait le grand bien des aveugles » : Diderot.

Valérie Pomarède, Cabestanyencque, assume depuis mai dernier avec dynamisme, la présidence de l’Amicale des déficients visuel du Roussillon. Commerciale avisée, elle a géré durant plusieurs années la boutique de vins située , Elne de la cave Terroirs romans.

Une maladie oculaire va changer la donne et c’est en 2011 que l’activité professionnelle devient pour elle impossible à réaliser dans de bonnes conditions. Elle ne baisse pas les bras pour autant et se lance dans l’associatif.

Elle décide d’adhérer à cette amicale créée en 1941 sous le nom de Popote des cannes blanches et par ailleurs propriétaire de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Odette-Ribeil , Perpignan, dédiée aux aveugles et malvoyants de plus de 60 ans.

Au sein de cette association qui regroupe une trentaine d’adhérents, elle va s’initier au braille et rencontrer des personnes handicapées visuelles qui, comme elle, ont décidé de vivre comme tout le monde, malgré les obstacles de tous genres dressés devant elles par une société encore lente , leur faciliter l’existence.

“L’Amicale les aide à rompre l’isolement, réaliser des choses dont elles ne se seraient jamais crus capables, déclare-t-elle. Chaque mois nous décidons d’un thème nouveau. Aujourd’hui, la dégustation du vin nouveau mais prochainement nous allons faire de l’aquagym, du bowling, créer une chorale, organiser une vente de lingerie et de prêt à porter et même une initiation au tir à l’arc. Des séances de judo et de nombreuses activités culturelles sont déjà au programme. Généralement, nous nous réunissons tous les mardis après-midi pour jouer au tarot, scrabble, belote. L’ambiance est animée et conviviale”. De nombreuses activités propices au plaisir d’être ensemble et d’échanger que Valérie Pomarède désirerait développer si le budget de l’association dépendante des dons lui en laissait les moyens. “Malgré le soutien de personnes généreuses et des quelques subventions de l’état qui nous sont allouées, nous peinons à maintenir le cap”, avoue-t-elle.

Les adhérents ne se différencient aucunement d’une assemblée de bienvoyants, sinon la présence des trois chiens guides d’aveugles, Lewis, Laëka et Nono qui veillent sur leurs maîtres avec dans le regard tout l’amour du monde.

Patricia Vedrenne

Quand la malvoyance s'installe

Voici des documents afin de vous aider quand la malvoyance s’installe, vous pouvez télécharger le PDF ci-dessous , pou directement regarder la vidéo créée par notre association. 

Comment guider une personne déficiente visuelle ?

Le déplacement d'une personne déficiente visuelle